Aller au contenu principal

L’impossibilité de souscrire les parts d’un fonds n’est pas forcément un refus de vente

01/03/2022
Un particulier ne peut pas acquérir les parts d’un fonds d’investissement qui sont réservées aux clients professionnels, malgré son souhait.

Partant d’un cas concret soumis à son instruction, le Médiateur de l’AMF explique, dans un billet publié sur son blog, que l’acquisition de part de certains fonds d’investissement peut être exclusivement réservée aux clients professionnels, notamment en raison des risques que ces produits comportent. Dans ce cas, la réponse négative de l’intermédiaire financier fournie à un client, un dirigeant d’entreprise en l’occurrence, ne peut être assimilée à un refus de vente, pour autant, recommande l’AMF, qu’elle présente de manière intelligible les véritables raisons permettant de justifier pleinement l’impossibilité de souscription. Dans l’exemple évoqué, même si le document d’information clé du fonds et le prospectus étaient explicites quant à la cible visée des investisseurs, la réponse vague et inexacte de l’intermédiaire pouvait effectivement laisser penser que le refus découlait simplement de la politique commerciale de l’établissement financier.

Le Médiateur rappelle que les clients professionnels peuvent l’être par nature (établissements financiers, entreprises d’assurance, investisseurs institutionnels, etc.), par la taille, en termes de chiffre d’affaires, de bilan et de capitaux propres, ou encore, sur option, c’est-à-dire sur demande spécifique. Dans ce dernier cas, d’une part, le client doit satisfaire à un certain nombre de critères (montant du portefeuille, volume régulier de transactions, exercice d’une profession dans le secteur financier). D’autre part, l’intermédiaire financier doit réaliser une évaluation adéquate de la compétence, de l’expérience et des connaissances de son client non professionnel, afin d’avoir l’assurance raisonnable que celui-ci est en mesure de prendre ses décisions d’investissement et de comprendre les risques qu’il encourt. « Le client doit effectivement avoir conscience qu’il perd, de son plein gré, une partie de la protection que lui offrent les règles de bonne conduite en sa qualité de client non professionnel », précise le Médiateur.

Source : Journal de bord du Médiateur de l’AMF, 1-3-2022

© Lefebvre Dalloz

Voir aussi

Encadrement du niveau des loyers : où en est-on ?

Déclaration papier des revenus de 2021 : la date limite de dépôt est reportée au 31 mai

La crise sanitaire a eu peu d’impact sur la composition du patrimoine des ménages