Aller au contenu principal

Retraite : le gouvernement abat ses premières cartes

11/01/2023
La première ministre a présenté mardi sa réforme des retraites qui prévoit de repousser de deux ans l’âge légal de départ d’ici à 2030 et d’accélérer le calendrier de la loi Touraine concernant l’allongement de la durée de cotisation.

Elisabeth Borne a dévoilé mardi soir les contours de la réforme des retraites envisagée par l’Exécutif. Le projet de loi proprement dit sera présenté en conseil des ministres le 23 janvier. La mesure phare de la réforme est le recul de l’âge légal de départ à la retraite, qui passerait de 62 ans actuellement à 64 ans en 2030, au rythme de 3 mois par génération. Par conséquent, l’âge légal de 64 ans s’appliquerait aux personnes nées à partir de 1968. À noter que le report de 2 ans concernerait également les régimes spéciaux.

Parallèlement, la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein augmenterait plus vite que prévu. La loi Touraine de 2014 prévoyait de la faire progressivement passer de 42 ans à 43 ans (172 trimestres) d’ici à 2035 (générations nées à partir de 1973). Il faudrait réunir les 172 trimestres dès 2027 (générations nées à partir de 1965). L’âge d’annulation de la décote ne serait pas modifié et resterait fixé à 67 ans.

Par ailleurs, le projet du gouvernement conforte le dispositif des départs anticipés pour les carrières très longues et devrait assouplir les conditions de départ anticipé pour handicap ou pénibilité. On retiendra également un relèvement progressif du minimum contributif dès 2023, incluant les assurés déjà à la retraite et permettant d’aboutir à un montant minimal de pension qui ne pourra être inférieur à 85 % du Smic net pour une carrière complète. Enfin, la réforme permettrait l’acquisition de droits supplémentaires à la retraite pendant une période de cumul emploi-retraite et organiserait l’extinction progressive d’un certain nombre de régimes spéciaux de retraite pour les nouveaux entrants dans les métiers concernés (industries électriques et gazières, RATP, Banque de France…).

 

Gouvernement, conférence de presse du 10-1-2023

© Lefebvre Dalloz

Voir aussi

Micro-BIC : une tolérance administrative pour les loueurs de meublés de tourisme non classés

Prescription de l’action en responsabilité en cas d’investissement locatif déceptif

Location d'une partie de la résidence principale : actualisation des limites d'exonération pour 2024