Aller au contenu principal

Prestations familiales : + 1,8 % à compter du 1er avril 2022

01/04/2022
Au 1er avril 2022, les prestations familiales et sociales versées par les caisses d'allocations familiales seront revalorisées de 1,8 % en prévision de la hausse des prix à la consommation. Les allocataires recevront les montants revalorisés à partir du 5 mai.

Communiqués par la Caisse nationale d'allocations familiales, les montants des principales prestations familiales s'établissent comme suit à compter du 1er avril 2022 :

· allocations familiales : 33,62 €, 67,23 € ou 134,46 € pour une famille avec deux enfants, selon le montant des revenus,
· complément familial : 175,01 € ou 262,53 €, selon le montant des revenus,
· prime à la naissance ou à l'adoption : 965,34 € pour une naissance, 1 930,68 € pour une adoption,
· prestation d'accueil du jeune enfant (allocation de base) : 175,01 € à taux plein, 87,51 € à taux partiel,
· allocation de rentrée scolaire : 376,98 €, 397,78 € ou 411,56 € selon l'âge de l'enfant,
· prestation partagée d’éducation de l’enfant : 405,97 €, 262,45 € 151,39 € selon le niveau de réduction de l’activité professionnelle,
· allocation d’éducation de l’enfant handicapé : 135,13 € par mois pour l’allocation de base (complément de 101,35 € à 1 146,69 € selon notamment la réduction ou cessation d’activité),
· allocation journalière de présence parentale : 58,59 € ou 29,30 € par demi-journée pour une personne seule ou un couple,
· allocation de soutien familial : 118,20 €.

Par ailleurs :

· le montant maximal de l'allocation aux adultes handicapées (AAH) est porté à 919,86 € ;
· le montant du revenu de solidarité active (RSA) est porté à 575,52 € pour un allocataire vivant seul (+ 230,21 € par enfant ou personne à charge) et à 863,28 € pour un allocataire vivant en couple (+ 232,21 € par enfant ou personne à charge).

 

Source : CNAF, communiqué du 31-3-2022

© Lefebvre Dalloz

 

Voir aussi

Les « vieux PEL » de nouveau sur la sellette

Crédit immobilier : la remontée des taux s’est poursuivie en août

Contrats de prévoyance : l’assureur n’est pas tenu d’être informé sur la réalisation de tests génétiques